Weeeb
Weeeb


Mobile First membre du réseau French Tech


Le Réseau Thématique French Tech #EdTech #Entretainment est un réseau composé de 15 écosystèmes partout en France. Ses membres travaillent à la réalisation de 5 actions structurantes dans leur Feuille de Route, avec pour objectif la croissance et le rayonnement des startups #EdTech #Entertainment en France et à l’international.


Les "Réseaux Thématiques French Tech" ont été annoncés en juillet 2016 à Laval. Ils sont une déclinaison thématique de l'action publique French Tech, venant en complément et intégrant l'écosystème de Paris/Ile-de-France et les 13 Métropoles French Tech (des écosystèmes labellisés en régions parmi les plus dynamiques en matière de startups en France). Les membres du Réseau Thématique French Tech #EdTech #Entertainment travaillent tout au long de l'année pour créer les conditions de votre croissance et de votre rayonnement, en France et à l'international.

#EdTech & #Entertainment 2 thématiques majeures de la French Tech

Les 2 secteurs emploient +2,5 millions de salariés et +15 millions d'apprenants
Malgré la crise économique de ces dernières années, les industries culturelles et créatives (ICC) ont su résister et connaissent une croissance dynamique avec 1,3 million d’emplois directs et indirects (soit presque 5% de l’emploi intérieur total français) et un chiffre d’affaires direct de 73 milliards d’euros. Le poids économique des ICC en fait un véritable moteur de croissance et d’importantes retombées économiques sur les territoires qu’elles animent. Les activités des ICC sont à la fois hyperspécialisées et transversales. Souvent composées de PME/startups, les ICC ont pleinement intégré les technologies numériques à leur processus de production comme à leurs modes de diffusion. C’est une filière clé du rayonnement et de la compétitivité de la France avec 2,7 milliards d’euros d’exportations de biens culturels, soit 3,2% des revenus de ces secteurs, les plus exportatrices étant le jeu vidéo (940 millions d’euros, 21% des revenus secteur), le livre (689 millions d’euros, soit 12% des revenus de la filière) la presse (367 millions d’euros soit 3% des revenus) et la musique (251 millions d’euros soit 3% des revenus). Au niveau International : le poids des ICC dans le monde représente 2 250 milliards de dollars de revenus, représentant 3% du PIB mondial, 29,5 millions d’emplois, soit 1% de la population active mondiale.

Les médias audiovisuels subissent quant à eux depuis plus d’une décennie plusieurs types d’évolution. D’abord la numérisation du mode de transport par exemple pour la télévision terrestre a permis d’offrir la multiplication de programmes et la haute définition (HD). La France est un pays précurseur pour le lancement de la TNT (2005). Les startups et PME notamment rennaises ont été très actives dans la définition des standards de diffusion de la TNT et sont aujourd’hui parmi les équipementiers de référence pour ce type de réseau en Europe. Par ailleurs, la compression de la vidéo permettant à terme d’offrir l’ultra haute définition (UHD), mais aussi les nouveaux formats audio (son 3D, son binaural) représentent également des enjeux technologiques sur lesquels le savoir-faire français est reconnu grâce à des startups et des PME particulièrement innovantes mais aussi actives sur le terrain de la normalisation. D’autres innovations dans le domaine de la vidéo et du média télévisuel dans lesquelles des startups françaises sont très actives doivent être citées, telle la capture et la visualisation de vidéo 360, la diffusion sur réseaux IP avec la définition de nouveaux protocoles de transport, les technologies d’interactivité permettant la dé-linéarisation des médias audiovisuels et l’enrichissement (Rich-media) avec ou sans second écran… L’évolution des terminaux, notamment la généralisation des smartphones, représente également un enjeu considérable pour les modes de consommation des médias, en particulier audiovisuels, et l’évolution de services offerts autour et à travers eux (42% de l’audience des vidéos est réalisée sur des terminaux mobiles au 1er trimestre 2015, contre 34% au dernier trimestre 2014).


Le secteur de l’éducation et de la formation emploie plus de 1,1 millions de salariés en France et éduque plus de 15 millions d’apprenants en formation initiale.
  • 861.000 enseignants dans les écoles et établissements du second degré.
  • 91 400 enseignants dans les établissements publics d’enseignement supérieur.
  • 150.000 salariés sont employés dans le secteur de la formation professionnelle.
  • 12.398.900 écoliers, collégiens, et lycéens et 2 609 700 étudiants.
Les entreprises Edtech développent des contenus et services numériques pour l’éducation et la formation. Elles comptent un peu plus de 300 startups d’après le baromètre de la Edtech en France.

A l’instar des industries culturelles et des media, le secteur de l’éducation et de la formation est appelé à des transformations profondes apportées par les startups de l’EdTech. Néanmoins la transition numérique est y encore en cours : en 2015, seulement 4,5 milliards de dollars ont été investis dans l’EdTech au niveau mondial. Le marché est cependant en forte croissance avec des prévisions d’environ 20% par an pour les années à venir. Le savoir-faire français dans le domaine de l’éducation est reconnu mais le numérique y occupe une place encore limitée. La situation est cependant en pleine évolution et les expérimentations en milieu scolaire se multiplient. Les startups françaises se positionnent ainsi sur les marchés du serious game, des MOOC, de l’adaptive learning, du social learning ou encore de la réalité augmentée et de la robotique. Plusieurs enjeux ressortent aujourd’hui : l’élaboration de mo-dèles économiques pérennes, la consolidation du secteur qui reste fragmenté, l’émergence de pure players de taille critique, et l’internationalisation. Le plan numérique à l’école annoncé par le Président de la République en mai 2015 va renforcer la structuration de l’offre et la demande. Les entreprises françaises peuvent également s’appuyer sur de solides secteurs connexes (par exemple le jeu vidéo pour la gamification). Le marché européen et le rayonnement culturel mondial de la France offrent des relais en termes d’internationalisation.
Mobile First membre du réseau French Tech

Posté par le 29/01/2018 | Lu 146 fois