Weeeb
Weeeb


Newsletter, emailingmarketing : attention aux boulettes


Souvent, au détour d'une réunion stratégique, en point "c" des choses à faire, vient "bah tiens on a qu'à faire une newsletter". Très bien. Sauf qu'une bonne newsletter demande quelques bons ingrédients et - surtout - quelques mises en garde.


Créer sa lettre d’information ne se fait pas en copiant/collant bêtement un texte et en l'envoyant par mail groupé à ses contacts en vrac. Evidemment. Autant donc y prêter de l’attention et respecter quelques règles de bonne pratique, évidente pour certains, mais quelques fois pour ne pas dire tout le temps oubliées… :
  • Le texte est plus important que l'image
  • Proposer au destinataire de se désabonner
  • La lettre d’information HTML Responsive
Déjà c bien.


Les petits plus à mettre en place

La périodicité
C’est un grand dilemme et un sujet de discussion très intéressant. Les fréquences varient du tout au tout. Certains préfère le quotidien, d’autres le mensuel… avec toutes les périodicités intermédiaires. Reste simplement à savoir que :
– si la fréquence est trop élevée : l’abonné ne lira plus la lettre et risque fort de se désinscrire
– si la fréquence est trop faible : il oubliera votre site et risque de prendre votre lettre d’information pour du spam (message non sollicité, malgré son inscription).
En fait, vous devez juger de la périodicité en fonction de votre cible d’abonnés. Reste à définir cette cible… ce qui en principe est une des premières choses à faire dans une stratégie d’entreprise & marketing (permettant de définir votre Mix).

Le moment de l’envoi
Définir le moment de l’envoi est important… surtout en fonction de sa cible.
Il est important de privilégier les jours de semaine (idéalement le mardi et jeudi) à des heures optimales (fin de matinée ou début d’après-midi).

Le contenu et sa longueur
Attention, une newsletter ne se prépare pas comme un article de magazine ! La lecture à l’écran demande d’aller à l’essentiel et d’intégrer des mots-clefs stratégiques dès le début du texte. Résumer donc le contenu à quelques lignes de présentation en invitant l’abonné à se rendre sur votre site pour en “savoir plus”. Ensuite, le contenu doit être “cliquable”. Soignez vos titres et accroches. Inutile également d’utiliser les termes suivants : “le meilleur”, “le plus beau”, “mieux que…”. Idem pour la ponctuation, limitez les points d’exclamation et faîtes attention aux virgules, points, etc. D’ailleurs à savoir : le terme “meilleur”… ajouté aux mots-clefs “gratuit”, “promotion”, sont susceptibles d’être bloqués par des filtres anti-spam.

Parmi quelques conseils, voici les éléments à éviter dans l’objet ainsi que dans le contenu de votre message :

  • Sujet vide (aussi incroyable que cela puisse paraître, il m'est arrivé d'en recevoir).
  • Sujet sans intérêt et uniquement en majuscule (exemple : MON SITE EST LE MEILLEUR).
  • La succession de certains signes tels que « !!!! » ou « ??? ».
  • Même mot répété plusieurs fois dans le sujet ou dans le contenu.
  • Mots coupés avec des points ou trop espacés les uns des autres
  • Insertion d’un nombre en début ou en fin de sujet (Exemple : « 20% de remise »).
  • Choix d’une adresse d’expéditeur difficilement identifiable (Exemple : « ne-surtout-pas-repondre@un-site-inconnu.com »)
  • Usage de certains mots (spamword), parmi lesquels : gratuit, 100%, 50%, promo, offre, gagnant, euro, prix, urgent, cadeau, argent, bénéfice… et bien entendu toutes les terminologies autour des médicament et de la sexualité.

Pour conclure

1°) Vous êtes libres de définir vos lettres d’informations comme bon vous semble.
2°) Faites une étude et un point clair sur votre cible d’abonnés pour définir le format, la périodicité, la longueur et le ton… avant de mettre en place votre approche, la collecte de vos données et les envois
3°) Nous avons rédigé un livre blanc + un petit site qui recensent les bonnes pratiques en open source, prenez donc le temps nécessaire pour en faire le tour.

Correctement configurée, une newsletter est un outil redoutable.

PS. : Merci à Kevin Gallot d'Inflexia pour son billet qui m'a donné envie de rédiger cet article